<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=410661216031617&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Votre solution digitale répond-elle aux besoins de vos utilisateurs ? Est-elle intuitive et facile à utiliser ?

Pour savoir si votre solution digitale répond à toutes attentes, il existe une méthode simple : les tests utilisateur. Comment les aborder ? Quelle approche adopter pour tester votre site web ou votre application mobile ? Dans cet article, zoom sur les bonnes pratiques des tests utilisateur

Pourquoi les tests utilisateur sont-ils importants ?

Les tests utilisateur aident à comprendre votre client, ses besoins et ses irritants. Ils vont vous permettre de confirmer vos hypothèses par l’expérience et d’identifier d’éventuels points de blocage.

Vous pourrez ainsi valider l’ergonomie des interfaces. Selon une étude IBM publiée en 2016, 62 % des utilisateurs quittent un site s’ils rencontrent des difficultés de navigation.

Mais les tests utilisateur vont bien au-delà. Ils capturent tout ce que vivent vos utilisateurs et clients. Vous pouvez par exemple tester les fonctionnalités proposées ou encore les émotions et sentiments générés.

Grâce aux insights de ces tests, vous pourrez apporter des correctifs pour améliorer votre taux de transformation. Les tests utilisateur sont une aide à la conduite du changement.

Les meilleures méthodes de design de l'expérience utilisateur

Comment réaliser des tests utilisateur ?

Un test utilisateur se déroule en 3 étapes :

 

1. Le protocole et le recrutement

Avant toute chose, travaillez sur votre protocole de test. Pour cela, formalisez vos objectifs, le périmètre du test et les hypothèses de départ. Ensuite, rédigez des tâches réalistes à effectuer selon des scénarios réels, par exemple : « Ouvrez le menu pour trouver l’accès aux tarifs. Que pensez-vous de cette page ? ». Testez ces tâches avec des tiers pour confirmer leur pertinence.

Une fois votre protocole établi, passez au recrutement. Pour cela, basez-vous sur vos personas.  Vos critères de recrutement doivent être en phase avec les personas définis en amont. Réfléchissez au nombre de participants souhaité et au lieu du test.

 

Vous avez raté notre webinar "Réussir ses tests utilisateur UX" ?

Voir le replay du webinar

 

2. le déroulement du test

Vous pouvez opter pour un test en laboratoire ou des tests non modérés. Les tests en laboratoire font appel à des outils de mesure de type eye tracking, avec un modérateur expert aux côtés de l’utilisateur. Néanmoins, la situation est assez artificielle. L’environnement non naturel peut être une source de stress pour l’utilisateur. Ces tests ont par ailleurs une représentativité assez faible et un coût élevé.

Les tests non modérés permettent quant à eux de tester de nombreux utilisateurs, en conditions réelles et dans des situations différentes. Ils peuvent être lancés rapidement et à grande échelle pour un coût mesuré. De très nombreuses données peuvent être collectées lors de ces tests. Cependant, il est difficile de faire des tests non modérés sur des concepts et des prototypes non élaborés. Ils sont par ailleurs réservés à une cible disposant déjà d’un bon niveau digital.

Nielsen Norman Group vous présente dans la vidéo ci-dessous trois techniques pour répondre aux utilisateurs pendant les tests utilisateurs : Echo, Boomerang et Columbo. Si vous souhaitez aller plus loin vous pouvez aussi lire l'article "Talking with Participants During a Usability Test"

 

 

3. L'ANALYSE ET LES ARBITRAGES

Dernière étape des tests utilisateur : l’analyse des résultats. Etudiez les conclusions et définissez les points les plus critiques sur lesquels vous souhaitez vous concentrer. Vous ne pourrez pas adresser tous les commentaires. Il vous faudra faire des choix et des arbitrages. Vous pouvez enrichir votre analyse avec de la recherche utilisateur qualitative (focus group, observations et études ethnographiques, interviews et enquêtes terrain) et des études et audits quantitatifs (audit ergonomique, audit statistique, audit des comportements et sondages).

Quels sont les facteurs clés de succès ?

Pour que vos tests utilisateur portent leurs fruits, nous vous conseillons de veiller à :

  • La pertinence du protocole : le protocole doit être adapté aux objectifs de votre test, ainsi que les questions posées aux utilisateurs. Soyez attentif à la formulation des questions : il est fondamental qu’elle n’influence pas les réponses.
  • Le recrutement : les profils recrutés doivent absolument correspondre à vos utilisateurs réels. Pour motiver les participants, proposez un incentive comme une carte cadeau. Cela vous évitera de faire face à des no show le jour J. Selon Nielsen Norman Group, le taux de no show atteint les 11 %.
  • Le déroulement des tests : la personnalité du facilitateur est déterminante. Un bon facilitateur pratique l’écoute active. Il guide l’utilisateur, lui donne des instructions mais ne l’influence pas. Il aide aussi l’utilisateur à se sentir bien et est capable d’analyser et d’interpréter ses actions.
  • La valeur ajoutée : au moment de faire des arbitrages, pensez à la valeur ajoutée. Les modifications prioritaires doivent être celles qui sont à la fois les plus critiques pour les utilisateurs et les moins coûteuses à mettre en place (impact élevé, faible effort).

bonnes-pratiques-tests-utilisateur

Les tests utilisateur ne s’improvisent donc pas ! Ils nécessitent une certaine expertise et expérience pour ne pas fausser les résultats. Une mauvaise définition des objectifs et des hypothèses impactera directement la qualité des conclusions. Pensez à mettre en place des tests utilisateur réguliers. Il est important de s’assurer que les correctifs apportés ont été efficaces. Les tests utilisateur font partie d’un processus d’amélioration continue et sont donc à mener tout au long de la vie du projet !

Publié par Marine Soroko
Retrouvez moi sur :

Un conseil, un projet, un devis ?
Nous repondons a toutes vos questions !

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations

Nous contacter

Sur les mêmes sujets