<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=410661216031617&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Imaginez-vous. Vous mettez en place un projet Web. Vous organisez alors une première réunion de préparation. Lors de cette réunion, une question se pose : « Allons-nous mettre en œuvre une méthode agile pour ce projet ? ». La réponse - sans doute la plus plausible - est : « Nous n’avons pas encore étudié cette question... Mais sûrement, oui ! ». Toutefois, cette question mérite une réponse plus précise...

Le modèle du cycle en V pour la gestion de projet a vécu, vive une méthode web : la méthode agile !

Pour beaucoup, cela ressemble à la méthode Coué. En pratique peu d’entre nous peuvent se targuer de maîtriser complètement l’une des méthodes agiles (Scrum, RAD ou BDD). Alors finalement, que faire pour son projet web ? La question est plus complexe qu’il n’y paraît. La réponse dépend de votre maturité pour cette méthode, de votre disponibilité, des compétences de votre agence et enfin de votre projet.

Le temps de la maîtrise d’ouvrage, une denrée rare

Le temps de la maîtrise d'ouvrageEn avez-vous assez pour mettre en œuvre une méthode agile ? Les deux premiers points vont un peu de pair l’un avec l’autre. Une méthode agile nécessite une implication forte tout au long des étapes du projet, avec des moments forts durant les phases de conception et de recette mais également de développement. Ainsi, tout au long du projet, vous et vos équipes seront sollicités pour participer aux différentes tâches de la méthode. 

C’est extrêmement intéressant, parce que vous pourrez agir en amont, pendant et en aval des opérations.
Pour commencer, vous serez largement sollicité lors de la conception, d’abord pour préciser le besoin fonctionnel, ensuite pour valider le comportement décrit dans les spécifications (ou user stories), pour constituer les données de tests qui permettront de valider les processus développés, et enfin pour évaluer et valider le travail livré. Pour peu, que deux itérations (ou sprints) se chevauchent, par exemple parce que la première révèle quelques problèmes et que le planning est trop serré pour se permettre de décaler la seconde, ce seront vos équipes qui seront dépassées, peut-être avant celles de l’agence.

Découvrez au passage comment intégrer l'UX dans des projets agiles.

La gestion de projet en méthode agile entraîne le maître d’ouvrage dans l’exécution de tâches techniques

Avez-vous les compétences spécifiques nécessaires pour une méthode agile ? De plus, toutes ces tâches que l’on va vous demander d’exécuter, nécessitent des compétences particulières.
Si maîtriser son métier est suffisant pour participer efficacement à la définition des besoins, valider, en connaissance, des spécifications (user stories) ou fournir des jeux de tests adaptés impliquent la connaissance de certaines spécialités qui peuvent être loin de vos travaux habituels. Si en plus l'agence vous propose de mener des développements guidés par les tests - TDD - Test Driven Development), vous aurez besoin d'écrire des tests dans un format particulier et complexe à maîtriser pour des néophytes. Certes l’agence est là pour vous aider mais cela n’est pas toujours possible. Il y a notamment des tâches de contrôle pour lesquelles l’agence ne peut être juge et partie.

Si l’agence choisie n’est pas expérimentée dans l’agilité, mieux vaut s’abstenir d’une méthode agile pour votre projet Web

Abstenez-vous d'une méthode agile si l'agence choisie n'est pas expérimentée dans l'agilitéToutes les agences ne sont pas forcément aguerries aux méthodes agiles. A moins que vous ne soyez vous-même parfaitement à l’aise et à même d’encadrer votre agence pour ses premières armes, mieux vaut s’appuyer sur une agence ayant des compétences avérées sur cette méthode.
Bien sûr, rien n’interdit de faire des expériences, forcément très instructives voire éducatives. Mais cela a un coût ! Un coût financier avant tout, de par la consommation de ressources que cette expérience entraîne, mais aussi en délai de réalisation et de mise en service. Une telle démarche peut être envisagée pour un projet de petite dimension aux enjeux faibles. L’initiation à la méthode fera alors partie intégrante du projet, justifiant par là même son coût sous forme d’investissement formation.

La méthode de gestion de projet doit être adaptée à la dimension propre du projet

Une méthode stricte de gestion de projet, agile ou pas, demande du temps de mise en place et des ressources de gestion spécifiques. Les dimensions du projet doivent être en rapport pour le justifier. Ainsi un projet de quelques "jours homme", qui doit être traité avec sérieux, n’a sans doute pas besoin de méthode agile au sens strict. Une méthode agile, comme d’autres, doit être considérée comme un outil à utiliser à bon escient.

Avez-vous la possibilité de contractualiser avec un engagement de moyens ?

Qui dit méthode agile dit capacité à faire bouger le périmètre fonctionnel, le délai et le budget. La contractualisation en méthodes agiles s'appuie sur un engagement de moyens et non de résultat. Pourtant, les commanditaires exigent souvent de l'agence un engagement sur le triptyque budget, périmètre, planning, et peuvent parfois l'agrémenter de pénalités de retard. Aussi, si vous n'êtes pas en mesure d'accepter un engagement de moyens, vous serez toujours obligé de faire des concessions dans la mise en oeuvre de la démarche.

Trouvez ici quelques informations sur la meilleure manière de contractualiser un projet agile avec un engagement au forfait.

Que faire d'autre pour un projet web ?

Et si vous ajoutez de l'agilité dans votre projet web ?

Vous pouvez y insérer de l’agilité dans une gestion de projet en V ou appliquer une version allégée d’une méthode agile peut-être une bonne idée, assez souvent utilisée. Nombre de projets web sont de taille raisonnable, généralement de 50 à 100 jours homme. C’est suffisamment important pour nécessiter une vraie démarche de gestion de projet et en même temps assez petit pour ne pas trop rigidifier les process.
De plus, ces projets sont souvent bien définis en amont ou conçus globalement et collégialement en début de projet par les équipes du maître d’ouvrage et de l’agence. Le projet peut alors être découpé en un petit nombre de lots qui feront l’objet d’itérations. Ces petits lots limiteront considérablement le fameux effet tunnel que l'on reproche souvent à des cycles en V.

Finalement, la gestion de projet doit s’adapter au projet et aux équipes tout en restant rigoureuse. Les méthodes agiles ont le mérite de mettre en lumière les points d’attention de vos projets, inspirez-vous en pour la réussite de vos projets web.

Découvrez ici les 10 points clés d'une gestion de projet web réussie

Le jargon des méthodes agiles

Les méthodes agiles ont leur vocabulaire. Voici quelques clés pour comprendre ce qui se dit lors de vos réunions de projet :
  • Sprint ou Itération : D’une durée de 1 à 4 semaines, une itération se propose de spécifier, réaliser, livrer et tester une fonctionnalité ou un ensemble de fonctionnalités ;
  • Story / User story : Forme de définition de besoin synthétique dans la forme : Qui, Quoi, Pourquoi ;
  • Story Point : Approche rapide de l’estimation de charge d’une story ;
  • Scrum/RAD/Ma Méthode Master : Garant de l’application de la méthodologie agile choisie ;
  • Product owner : Le nouveau nom du chef de projet client. C’est le premier point de contact de la MOA vers la MOE ;
  • Mêlée quotidienne : Comme son nom l’indique, il s’agit d’une réunion… quotidienne. Très courte, de 10 à 30 minutes, il ne s’agit que de s’assurer de manière très opérationnelle qu’il n’y a pas de dérive dans le projet et qu’il ne subsiste aucune question pour continuer ;
  • Backlog : Il ne faut jamais rien oublier. Pour l’éviter on constitue des listes priorisées de produits, d’itérations, de retours client, de tâches à exécuter, etc. Le suivi de la réduction de ces listes fait partie de la gestion de projet ;
  • Burndown et Burnup chart : Graphiques permettant de suivre visuellement l’avancement des travaux. Le premier représente ce qu’il reste à faire, le second ce qui est déjà fait ;
  • Kanban : Terme issue d’une méthode de gestion de production automobile japonaise. Cet outil graphique permet de suivre l’avancement d’une itération ;
  • Debriefing ou rétrospective : L’achèvement d’une itération est l’occasion de faire le point sur les aspects positifs et négatifs du déroulement. C’est l’occasion de faire progresser l’efficacité et le confort de l’équipe ;
  • Release/version : Nouvelle livraison/version du produit auprès du client.

Livre blanc - Guide ultime de la gestion de projet digital

Publié par Adimeo

Un conseil, un projet, un devis ?
Nous repondons a toutes vos questions !

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations

Nous contacter

Sur les mêmes sujets