<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=410661216031617&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Bien penser l'architecture de l'information est primordial pour votre projet Web. Il s'agit de structurer l'information et permettre à vos utilisateurs de trouver facilement ce qu'ils cherchent sur votre site web. Pour y arriver, plusieurs méthodes sont envisageables : le tri de cartes est l'une d'entre elles. Elle vous permet de construire une architecture de l'information en impliquant l'utilisateur.

Vous avez découvert avec nous, ces dernières semaines, la conception d'interfaces avec différentes méthodes UX. Pour aller plus loin dans les techniques qui vous permettront de concevoir le site le plus efficace et pertinent, nous avons entamé une série d'articles concernant l'architecture de l'information. Fort de ces bases, que nous vous invitons à découvrir si ce n'est pas encore fait, nous allons maintenant vous donner quelques pistes pour mettre en place très concrètement l'architecture d'un site web.

En effet, au delà de concepts qui peuvent sembler un peu abstrait, la création ou la refonte d'un site web passe souvent par des ateliers qui mobilisent, ou devraient mobiliser, les forces vives de l'entreprise. Parmi ces ateliers évoqués dans un précédent article, le "Tri de cartes" est un passage quasi obligé, et l'un des moyens les plus simples de construire une architecture. Voici pourquoi, et comment le mettre en place.

méthode-tri-de-carte

Pourquoi "tri de cartes" ?

Ce terme peut sembler étonnant (il est traduit de l'anglais "card sorting"), parce qu'il se rattache plus naturellement à la prestidigitation qu'à la conception d'interfaces IT. Mais il n'a rien de mystérieux.

Le tri de cartes est en fait une technique de brainstorming qui permet d’identifier les différents sujets à traiter et d’en définir l’organisation. Cette méthode tire son nom de l'utilisation de morceaux de papiers ou de bristol, qui vont faire office de "cartes". Mais il peut désormais être pratiqué aussi à l'aide d'un logiciel spécifique.

Chaque carte va représenter l'une des pages du futur site. Il faudra la nommer avec attention, sans que ce titre ne puisse influencer, si possible, les regroupements et l'arborescence. On ajoutera aussi une courte description, généralement en une phrase.

L'objectif sera de trier ces cartes, de façon à les regrouper pour construire une arborescence naturelle et pertinente. Le tri obtenu permettra donc, dans une logique de conception d'interface, de définir l'architecture et éventuellement les menus d'un site Web.

Sur cette base de travail, il existe différentes variantes que nous allons détailler, et qui peuvent être plus ou moins adaptées à votre projet.

Définissez une stratégie de contenu efficace et pertinente !

Les variantes du tri de cartes

L'un des premiers choix, qui a sont importance, est la façon d'aborder les participants. On peut proposer les cartes à des groupes de personnes, ou à des individus isolés. Travailler sur des groupes facilite et accélère la tâche, mais il faut veiller à ce que les choix d'un groupe ne soient pas orientés par l'un des participants qui se comporterait en leader.

On peut aussi pratiquer différents types de tris de cartes : fermé, ouvert ou hybride.

Dans la variante fermée, les participants reçoivent un lot de carte à trier. Ils doivent ensuite les regrouper dans des catégories données à l’avance sans pouvoir les modifier.

Pour le tri de cartes ouvert, on va laisser aux participants la possibilité de définir eux-mêmes les libellés des catégories de regroupement.

Tout naturellement, on peut donc pratiquer aussi une version hybride, dans laquelle on fournit aux participants des libellés préétablis, mais avec la possibilité de les modifier. On va prévoir aussi des cartes blanches, pour permettre aux participants de rajouter d'éventuelles cartes manquantes, s'ils le jugent nécessaire.

Quelques conseils et bonnes pratiques

tri-de-cartesPour que les résultats soient exploitables facilement, il est utile de prêter attention à certains points. Tout d'abord, même si la logique voudrait que l'on travaille de façon exhaustive, il est d'usage de limiter le nombre de cartes. Ceci pour ne pas compliquer inutilement le tri, et perdre les participants. 

Car l’exhaustivité n’est pas le but. On cherche d’abord à comprendre la logique de classement des participants.

Il est possible aussi de commencer par un tri fermé et proposer une deuxième session ouverte. La deuxième partie permettant alors de valider les hypothèses de la première.

Il est important aussi de noter que le tri doit être complet, quelle que soit la variante : il ne faut pas laisser de côté des cartes non triées. 

Enfin, on peut aussi pratiquer un tri de cartes inversé, où le participant devra retrouver un contenu dans des catégories données. Il s'agira alors plutôt de valider une architecture.

Que faut-il en retenir ?

L'intérêt du tri de carte dans une démarche UX, c'est qu'il est totalement centré sur l’utilisateur et sa logique. Il constitue aussi une méthode relativement simple, qui peut donner lieu à des ateliers ludiques.

Cependant, le card sorting n’est pas une recette miracle.  Il faut garder en tête que le résultat d’un tri de cartes peut varier assez fortement d’une population de participants à une autre.

Nous vous invitons à le pratiquer dans le cadre de vos projets, et à nous contacter si vous souhaitez en savoir plus.

 

New call-to-action

Publié par Louis Sicard
Retrouvez moi sur :

Un conseil, un projet, un devis ?
Nous repondons a toutes vos questions !

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations

Nous contacter

Sur les mêmes sujets