<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=410661216031617&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Voilà maintenant 1 an que Drupal 8 est sorti, et presque autant de temps que nous utilisons cette solution dans la majeure partie de nos projets de création ou de refonte.

Une femme regarde une horloge. Le logo de Drupal 8 apparaîtL’enthousiasme débordant des premiers jours - où frénétiquement nous allions régulièrement sur https://drupalreleasedate.com/ parier sur une hypothétique date de sortie (ne le niez pas ! vous avez fait pareil) a eu raison de notre patience : Drupal était bien là … pour le meilleur, mais aussi pour le pire !

 

Notre engouement - sans doute démesuré - a vite été rattrapé par la réalité du produit. Le CMS était techniquement prêt, mais pas son écosystème.

L’absence de nombreux modules (y compris de certains modules phares) et le manque d’expérience générale de la communauté pour jauger au mieux de la solution, ont été les premiers écueils que nous avons rencontrés, auxquels des obstacles insoupçonnés se sont vite greffés comme l’intégration des nouveaux écrans FO / BO au sein de nos différents supports, la réécriture parfois partielle, souvent complète de nos différents documents et livrables (réponses à appel d’offres, spécifications techniques et fonctionnelles, documents de formations…)

Nos premiers projets n’allaient pas être de tout repos !... oh que non !

Au travers de nos différents corps de métiers regroupant des profils Consultants, Développeurs, Chef de projet, Lead Tech, nous avons souhaité cosigner cet article sans langue de bois, résumant nos différents retours d’expériences sur la solution Drupal 8 depuis la beta finale jusqu’aux versions plus récentes.

Des débuts laborieux …

« Nous avons eu l’opportunité de démarrer très rapidement sur Drupal 8, c’est-à-dire au moment où les premières versions RC étaient disponibles (octobre 2015) sur un projet simple et très orienté éditorial. Aucune fonctionnalité complexe n’était prévue dans la V1 du projet, le risque était donc assez limité » se souvient Abdenour, Lead Technique.

 

« C’était une manière pour nous d’opérer tranquillement ce transfert et de bénéficier d’une première expérience concrète » renchérit Cyrielle, Chef de projet. Il était cependant nécessaire que ce projet soit porté par la direction, par l’équipe projet et surtout par la cliente.

 

«  Nous avons présenté à la cliente l’ensemble des fonctionnalités de son cahier des charges qui étaient couvertes par Drupal 7, mais pas forcément par Drupal 8. La première question était de savoir qu’elles étaient les fonctionnalités que nous pouvions éventuellement temporiser. Dans le cas où un développement spécifique était nécessaire, il fallait jauger de sa répercussion sur le planning sachant que le site avait un impératif de mise en production assez court ». La cliente, en toute connaissance de cause, a finalement opté pour Drupal 8. L’objectif de son site correspondait à des appels à projets sur des cycles de 3 ans qui s’étendent au-delà de 2018. C’était plus intéressant pour tout le monde de partir sur un Drupal 8 et d’éviter ainsi une migration qui aurait été obligatoire d’ici quelques années.

 

« Nous avons démarré les premiers développements sur la RC1 puis nous avons fait évoluer au fur et à mesure des releases candidate jusqu’à la version finale 8.0.0 qui est sortie à temps » explique Gérald, l’un des développeurs du projet. « Nous savions que les montées de version entre les « RC » se faisaient de manière fluide et beaucoup moins chaotique que les upgrades entre les différentes versions « alpha ».

 

Sans être chaotique donc, la mise en place de ce premier site a réservé quelques mauvaises surprises à nos équipes, notamment au niveau des développements : « La V1 du projet était simple. Elle se résumait à la mise en place de quelques types de contenus, un carrousel, une médiathèque, un éditeur WYSIWYG, plusieurs formulaires de contact, une carte Google Maps et un peu de référencement. Nous nous doutions que certains modules n’étaient pas pleinement opérationnels et que nous devions avoir recours à un peu de développement custom, mais nous ne pensions pas que c’était aussi important que cela. Il manquait de nombreuses choses, qui mis bout à bout, commençaient à peser en termes de charge ».

 

Un impact pour les développeurs, les équipes formation et avant-vente !

Ce changement ne s’est pas seulement fait sentir au niveau des développements. Drupal 8 a modifié les habitudes des uns et des autres. L’indisponibilité de certains modules phares que nous avions l’habitude de proposer pour nos projets a eu une incidence sur la gestion de projet et certains livrables (spécifications fonctionnelles, document de formation entre autres).

Comme l’explique Cyrielle : « Ces changements ont induit quand même de devoir réécrire une partie de nos spécifications, notamment sur des fonctionnalités qui n’étaient pas pris en compte sur Drupal 8. Mais, à l’inverse, nous nous y sommes retrouvés car il y avait aussi des fonctionnalités non natives avant (cf. les liens internes, l’édition rapide en Front-Office …) qu’il n’était plus nécessaire d’installer ou de décrire en détail ».

 

Au niveau des réponses à appels d’offre : « Nous avons dû faire un gros travail de réécriture sur la présentation fonctionnelle des différents modules tout comme au niveau des captures d’écrans BO, y compris sur des fonctionnalités qui n’avaient pas évoluées comme la gestion des utilisateurs, la gestion des droits et des rôles…» explique Emmanuel, Consultant.

 

L’arrivée de Drupal 8 a aussi eu un impact sur l’approche stratégique de nos réponses « Dans les appels d’offre publics, il est très rarement possible de discuter avec l’acheteur sur le choix de la solution CMS et plus encore sur la version à utiliser. Lorsque certains modules inexistants sur D8 sont imposés - comme Scald –, on sait tout de suite qu’on ne peut pas proposer Drupal 8. Pendant plusieurs mois nos offres proposaient de partir soit sur Drupal 7, soit sur Drupal 8 en expliquant au client les avantages et les inconvénients de chacune des versions. Pour cela, les offres comprenaient un tableau comparatif exhaustif précisant pour chaque fonctionnalité le type de solution envisagé et, éventuellement l’état du module pressenti ».

 

Un choix difficile entre D7 et D8 :

Aujourd’hui, le choix de Drupal 8 s’impose plus facilement de lui-même, mais pendant plusieurs mois, il a été difficile d’acter un choix définitif en phase d’avant-vente et notre approche était plutôt de laisser le champ libre à la discussion et de valider la version en phase de spécifications : « jusqu’à présent, nous avons eu plutôt de bonnes surprises dans ce sens. En cas d’absence de module équivalent sous Drupal 8, nous avons souvent trouvé des modules suffisamment équivalents pour couvrir la demande » explique un autre chef de projet. « C’est vrai que développer un nouveau site sur Drupal 8 est plus motivant. Et puis, cela permet aussi de démontrer une expertise sur Drupal 8, qui peut être un élément différenciateur par rapport à certaines sociétés concurrentes ».

 

La pérennité de la solution reste, pour un grand nombre de nos clients, un critère déterminant. La majeure partie d’entre eux ont finalement préféré reporter une fonctionnalité ou bénéficier d’un fonctionnement légèrement biaisée pour profiter d’une solution CMS très pérenne et permettant de s’affranchir d’une migration « coûteuse » qui sera obligatoire d’ici 3 à 5 ans lorsque Drupal 7 disparaitra à son tour, remplacé par Drupal 9.

 

L’arrivée d’une nouvelle version majeure d’une solution (Drupal ou autre) peut avoir un aspect anxiogène complètement compréhensible de la part de certains clients, pour qui l’installation d’une nouvelle version majeure est souvent synonyme de « problèmes à l’horizon » tant concernant la pérennité de la solution que l’écosystème qui fait aujourd’hui sa renommée :

  • Que vaut le socle technique Drupal 8 ? Est-il stable ? Est-il un peu / très buggué ?

  • Suis-je réellement à l’abri de failles de sécurité ?

  • Ai-je intérêt à partir sur Drupal 8 alors que mon projet semble complexe ?

  • Il y a très peu de modules sur Drupal 8. Pourquoi favoriser une solution qui ne propose que 2000 modules alors qu’il y en a plus de 13 0000 sur Drupal 7 ?

  • Quelle est encore la pérennité de Drupal 7 ?

 

Une concurrence des autres solutions :

La difficulté de cette période a été justement la concurrence d’autres solutions, qui exploitaient l’instabilité et les retards de Drupal 8 pour pousser une solution décrite comme plus mature ou plus pérenne.

« Honnêtement, c’est de bonne guerre. Cela nous oblige à être vigilants et à rétablir certaines vérités dès la phase d’Avant-vente pour quelques clients parfois trop crédules. Les arguments sont souvent fallacieux. Ceux qui se basent sur la « pauvreté » de l’écosystème de D8 (plus de 2000 modules quand même !) oublient de préciser qu’il a fallu plusieurs années pour que Drupal 7 puisse bénéficier de plus de 13 000 modules » explique Emmanuel.

 

Rappelons aussi que la mise en place d’un site (qu’il s’agisse d’une création ou d’une refonte), nécessite un travail de 5 à 6 mois, ce qui laisse le temps de voir émerger de nouveaux modules. C’est en effet ce qui s’est passé pour Drupal 8 dont le nombre de modules explose depuis le début de l’été.

 

« Quant aux éventuels risques de sécurité liés à la jeunesse du produit, Drupal 8 a été testé pendant des mois de manière très minutieuse par une communauté très motivée. Sortir un produit bugé aurait été une grosse erreur. Bien au contraire, ils se sont donné le temps de peaufiner le produit quitte à repousser régulièrement sa disponibilité. Au final, la version 8.0.0 était réellement stable » confie Abdenour.

 

Malheureusement le risque zéro n’existe pas et Drupal 7 et 8 ont été touchés il y a quelques mois par une faille de sécurité majeure. « La faille a été signalée puis résorbée dans les heures qui ont suivi par les équipes Sécurité de Drupal. Aucune solution n’est à l’abri d’une faille de sécurité, l’importance c’est surtout qu’elle ait été résolue très rapidement » justifie Henry, un des développeurs.

 

Avec Drupal 8, le plus beau reste à venir

Nous ne regrettons pas d’avoir consacré autant d’énergie sur nos premiers projets Drupal 8 et essuyé quelques plâtres : « certains modules n’étaient pas assez stables et parfois, nous n’avions pas d’autre choix que de partir sur un développement custom plus ou moins important en remplacement d’un module vraiment instable » constate Abdenour.

Le choix de partir sur Drupal 8 pour certains projets s’est révélé à chaque fois positif. « Une grande partie de nos clients ne connaissaient pas la version précédente, cela a permis de ne pas souffrir de la comparaison et de limiter l’effet déceptif. Je ne m’attendais pas de toute façon à ce que la version 8 soit aussi révolutionnaire qu’annoncée : Ce qui était faisable avant l’était après, parfois même avec plus de fluidité » développe Cyrielle.

 

« J’ai quand même eu le sentiment que les contributeurs de contenus sont, pour le moment, les grands oubliés de Drupal 8. Le Gap entre les 2 versions majeures est minime et se résume à la mise en avant de 2 grandes fonctionnalités (Front-end édition / Back-Office en Responsive) déjà existantes sous forme de modules. Difficile dans ce cas de défendre la mise en place de D8 auprès de certains contributeurs intéressés uniquement par les aspects éditoriaux » explique Emmanuel.

 

C’est vrai que les créateurs de contenus / contributeurs n’étaient pas jusqu’à présent une cible privilégiée. Mais, cette « mise à l’écart » - temporelle – s’expliquait par la nécessité de poser les « bases » d’une architecture saine (en se débarrassant notamment de certains écueils liés à Drupal 7) pour envisager ensuite la mise en place de nouvelles fonctionnalités, parfois même directement au niveau du « core » Drupal 8.

« Now that Drupal 8 has launched, we have a lot of work to do to accelerate Drupal » comme le signalait il y a encore quelques mois Dries Buytaert, fondateur et web-évangéliste de la solution Drupal…. Et il n’a pas menti.

 

Depuis que Drupal dispose d’un modèle et d’une architecture technique, l’écosystème semble avoir gonflé d’un coup, passant de 1300 à plus de 2000 en quelques mois. Certains modules très sollicités sur Drupal 7 ont été portés ou réécrits.

« Tout n’est pas parfait, mais sur nos derniers projets en 8.1, nous nous sommes rendus compte qu’une grande partie des lacunes avait été comblées » commente Cyrielle.

 

L’UX et la contribution BO comme axe majeur d’amélioration :

En avril 2016, un grand sondage est lancé auprès de la communauté pour définir les futures orientations de Drupal 8, voire de Drupal 9. Lors de la Keynote de Mai 2016 (à lire et à écouter sur http://buytaert.net/state-of-drupal-presentation-may-2016), Dries présente les résultats de ces orientations. Une attention toute particulière est enfin portée à l’expérience contributeur (EX), mais les développeurs (DX) et les utilisateurs finaux (CX) ne sont pas abandonnés pour autant.

Réparties en 9 initiatives, ces orientations couvrent des besoins spécifiques à chacun des profils que nous venons de décrire et concernent : la gestion de la médiathèque et plus généralement des médias (initiative media), les workflows (initiative workflow), la migration de Drupal 6 et 7 vers Drupal 8 (initiative migrate), la gestion simplifiée des pages et des blocs (initative « Blocks and Layout »), le thème (initiative theme component library), la modélisation des données via des interfaces plus intuitives (initiative Data Modeling), l’API Rest (initiative API-first) , la contextualisation du parcours utilisateur (initiative Orchestration), la diffusion de contenus et d’informations sur différents supports innovants via texte et / ou voix (initiative Cross Channel).

Certaines d’entre-elles sont encore à l’état de POC ou de développements peu avancés, mais d’autres sont déjà disponibles. C’est le cas par exemple de « l’initiative média », sortie en Juillet ou encore de l’initiative « Blocks and Layout », l’une des grandes nouveautés de Drupal 8.2 (du moins annoncé au moment où nous écrivons cet article). Ces initiatives, déjà très complètes sont promises à de nouvelles évolutions au fur et à mesure des futures versions de Drupal, ce qui démontre bien un véritable intérêt à les peaufiner encore et encore.

 

Bien sûr, la plus grande force de Drupal reste sa communauté, toujours très active,  et qui après un petit coup de mou – sans doute explicable par la nécessité d’appréhender un socle technique assez nouveau - a été d’une remarquable efficacité. Depuis la sortie de la 8.1, de nombreux modules D7 ont été (enfin) portés ou remplacés par d’autres équivalences.

L’initiative Drupal 8 est en enfin marche…. Il serait bien dommage de s’en priver !

 

Longue vie à Drupal !

 

Par l’équipe de Core-Techs

 

Retrouvez notre article sur Programmez !

Publié par Adimeo

Un conseil, un projet, un devis ?
Nous repondons a toutes vos questions !

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations

Nous contacter

Sur les mêmes sujets