<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=410661216031617&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Le design thinking a le vent en poupe. Cette méthodologie est aujourd’hui utilisée par les start-ups comme par les grands groupes. En français, on associe souvent le mot « design » aux notions de style et d’esthétisme. Mais en anglais, « design » désigne la résolution de problèmes. Dans cet article, découvrez les fondamentaux du design thinking, les différentes étapes d’une démarche design thinking ainsi que les bonnes pratiques pour en obtenir tous les bénéfices.

Qu'est-ce que le design thinking ?

Le design thinking consiste à utiliser l’approche et les techniques des designers pour résoudre un problème d’innovation. Il peut être appliqué à tous les secteurs d’activité. Dans le digital par exemple, le design thinking aide à mettre en place un dispositif innovant et pertinent pour les utilisateurs. Il pourra informer le graphisme, les fonctionnalités ou encore le ton employé.

Le design thinking est né aux Etats-Unis. Dans les années 1960, l’Université de Stanford en Californie commence à développer le concept de « product design », s’inspirant des techniques de « brainstorming » popularisées une dizaine d’années plus tôt. En 1987, Peter Rowe publie l’ouvrage « Design Thinking » en formalisant les principes.

Mais la véritable révolution du design thinking a lieu en 1991 avec la création de l’agence IDEO qui popularise largement cette approche. Le design thinking est aujourd’hui une méthode d’innovation reconnue. Il existe même 3 écoles spécialisées dans le monde, dont une à Paris.

Comment implémenter le design thinking ?

Le design thinking permet de développer un projet ou une idée tout en tenant compte de sa désirabilité, de sa faisabilité et de sa viabilité. Une approche design thinking est la garantie d’un projet en adéquation avec les besoins et les attentes de vos utilisateurs ainsi que d’une solution réalisable et durable.

 

Les étapes du design thinking

Le design thinking se base sur plusieurs grandes étapes. S’il existe différents modèles, tous reposent sur les mêmes principes.

design-thinking-methode-nielsen-norman-group

Crédit : https://www.nngroup.com/articles/design-thinking/

 

La méthode Nielsen Norman Group par exemple définit 6 étapes clés :

  • L’empathie : pour commencer, mettez-vous dans la peau de vos utilisateurs, consommateurs ou clients, par exemple à travers la création de personas.
  • La définition: définissez clairement le problème que vous cherchez à résoudre et auquel vous souhaitez apporter des solutions.
  • L’idéation: générez le plus d’idées possibles pour résoudre le problème défini, sans jugement ni auto-censure à ce stade.
  • Les prototypes : choisissez les idées les plus pertinentes et élaborez des prototypes pour les évaluer.
  • Les tests : testez vos prototypes auprès de vos utilisateurs pour confirmer leur viabilité et déterminer les axes d’amélioration.
  • L’implémentation : lancez votre nouvelle solution en tenant compte des apprentissages de la phase de test.

 

 

LES OUTILs

design-thinking-outilsLe design thinking s’appuie sur la visualisation des concepts. Cela permet une compréhension rapide et partagée des idées, favorise l’implication des parties prenantes et améliore la communication. Pour mener à bien une approche design thinking, nous vous conseillons de vous équiper d’outils comme des paperboards, tableaux, cartes, post-its et gommettes.

 

Les bonnes pratiques du design thinking

Chez Adimeo, nous travaillons régulièrement avec nos clients sur des approches design thinking pour leurs projets digitaux. Nous avons identifié 7 bonnes pratiques pour réussir :

  • L’intelligence collective : dans le cadre d’un projet design thinking, il est important de réunir une équipe pluridisciplinaire pour réfléchir ensemble à une solution. Il ne s’agit pas de créer un dispositif pensé par un expert pour un expert. Au contraire, c’est de l’intelligence collective et de la diversité des idées que naît l’innovation. Pour un projet digital, nous conseillons généralement de réunir différents services comme le marketing, la communication, l’IT ou les RH selon les enjeux. Ils sont tous impliqués dans l’avenir de l’entreprise et concernés par le digital.
  • La définition des personas et des parcours : la définition des personas dans la phase d’empathie est absolument critique puisqu’elle conditionne le reste du processus. Nous menons des ateliers pour identifier et comprendre les différentes personas. Pour cela, nous utilisons la méthodologie de l’empathy map. Nous faisons appel à des tableaux et post-its pour définir et visualiser les parcours utilisateurs ou buyers’ journeys.
  • Les ateliers fonctionnels : lors de la phase d’idéation, il est essentiel d’obtenir un maximum d’idées et de les structurer de manière claire. Pour y parvenir, vous pouvez organiser des ateliers autour de thématiques stratégiques. Nous organisons régulièrement des ateliers pour nos clients visant à répondre aux problèmes identifiés, ceux que les utilisateurs cherchent à résoudre et pour lesquels l’entreprise doit apporter une solution.
  • Les prototypes : les prototypes doivent être bien conçus. Dans le cas d’un projet digital, il est important que les interactions principales soient simulées. Nous accordons ainsi beaucoup d’importance aux prototypes comme les wireframes et les maquettes.
  • Les tests utilisateurs : vous n’êtes pas l’utilisateur final de votre solution. Il est tout à fait indispensable d’effectuer des tests avec de vrais utilisateurs finaux, qui correspondent aux personas définies en amont. Nos équipes certifiées Testapic proposent la mise en place et l’analyse de tests utilisateurs.
  • La définition d’une feuille de route : une fois votre prototype conçu, il convient d’établir un plan d’action et de définir une gouvernance pour mener à bien le projet. Nos équipes dressent ainsi des scénarios et formulent des recommandations pour informer les arbitrages à réaliser.
  • Les statistiques : n’oubliez pas de valider que le dispositif final répond bien aux besoins des utilisateurs dans le temps et qu’il suit les évolutions des comportements d’usage. Nous mettons en place des plans de taggage et des fichiers de tracking pour réunir des statistiques qui permettent d’évaluer la pertinence des solutions digitales.

 

Le design thinking est donc une méthode d’innovation très efficace. De grandes entreprises comme Airbnb, Auchan, Coca-Cola, Michelin, Philips, Saint-Gobain ou encore SAP y font ainsi appel pour innover et répondre aux besoins de leurs clients. Dans le cas d’Airbnb par exemple, on estime que le design thinking a joué un rôle essentiel dans le succès du site à son lancement. C’est en adoptant cette méthode que le fondateur s’est rendu compte de l’importance des photos pour les utilisateurs. En mettant en place des actions correctives pour mieux valoriser les photos des biens, le chiffre d’affaires d’Airbnb a rapidement progressé.

 

Prêt à vous lancer ? N’hésitez pas à nous contacter pour en apprendre davantage sur notre approche.

Les meilleures méthodes de design de l'expérience utilisateur

Publié par Eleonore Hugot
Retrouvez moi sur :

Un conseil, un projet, un devis ?
Nous repondons a toutes vos questions !

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations

Nous contacter

Sur les mêmes sujets