"If you control the code, you control the world"

Marc Goodman

 Cette phrase est plus que jamais d'actualité. Les développeurs sont au coeur du processus de la révolution digitale qui agite le monde. Si nos politiques s'agitent en ce moment autour de la question de la valeur du travail et de sa possible disparition / transformation, la question de l'évolution de son métier doit préocupper chaque développeur.

 

L'intelligence Artificielle porteuse d'un avenir sombre

artificial intelligence.jpegLa grande crainte de la Silicon Valley est de remplacer le développeur par l'Intelligence Artificielle et que le monde sombre dans une spirale de désastres en raison d'une Intelligence Artificielle hors de contrôle et influencée par le côté sombre de l'humanité. De nombreux mouvements éthiques se mettent en place pour tenter de définir un cadre de cette inéluctable évolution : Elon Musk est l'un des pionniers de cette réflexion et a même lancé une Fondation OpenAI, destinée à trouver "la voie vers une intelligence artificielle sécurisée". En Europe, une réflexion juridique se met en place autour d'une Robotlaw.

Heureusement, ces scénarios futuristes sont encore du domaine de la science-fiction. Les spécialistes prédisent qu'une telle dystopie ne sera possible que lorsque l'Intelligence Artificielle sera capable de s'affranchir des algorithmes : c'est-à-dire de faire autre chose que ce pour quoi elle a été programmée.

Les développeurs seront les premières victimes de l'IA

On évoque souvent les métiers de la médecine, de l'expertise comptable, de la finance (...), comme étant les futures victimes de l'IA. Mais c'est avant tout le développeur qui est aussi concerné. La recherche d'optimisation des temps de développement a amené à concevoir, depuis quelques années, des usines logicielles ou frameworks capables d'accélérer les temps de développement. La recherche permanente de l'économie du temps-homme dans les projets de développement est une constante dans tous les projets.

Des développeurs de Microsoft et des chercheurs l'Université de Cambridge ont ainsi conçu un programme d'intelligence artificielle DeepCoder, qui résoud des problèmes de programmation en associant notamment des lignes de code trouvées sur des logiciels pré-existants. 

De nombreuses startups se lancent dans la réalisation de bots de développement (avant de parler de bots qui remplaceraient les sites Web), qui, à l'instar des frameworks, accélèrent certaines tâches de développement.

En 2015, une société américaine, Gigster menait une levée de fond de 10 million de dollars pour accompagner le développement de son moteur d'intelligence artificielle. Ce moteur serait capable de transformer un projet client en une application live, avec des prix imbattables.

De nombreuses startups se lancent dans la réalisation de bots de développement (avant de parler de bots qui remplaceraient les sites Web), qui, à l'instar des frameworks, accélèrent certaines tâches de développement.

Si l'on constate que ces bots restent aujourd'hui très limités et cantonnés à des tâches répétitives, la promesse de l'Intelligence Artificielle est bien plus séduisante : 

L'Intelligence Artificielle appliquée aux métiers de développement donnerait la possibilité aux fonctionnels d'exprimer des besoin via un bot de discussion, que le "robot de programmation" mettra en oeuvre.

Le métier même de chef de projet technique, d'architecte, de développeur (...) perdrait de sa légitimité. L'automatisation de ces processus de programmation s'inscrirait dans une démarche agile immédiate, où le fonctionnel serait en mesure de tester / valider immédiatement la production logicielle réalisée par le robot de programmation.

Dans une telle perspective, le programme de développement en France des très nombreuses écoles de programmation (Ecole 42, French Tech, ...), destiné à répondre à une pénurie critique de développeurs, n'est-il pas déjà en retard ? Ne crée t-on pas une future armée de chômeurs ? qui serait demain remplacée par l'IA ?

Le développeur doit devenir un entraîneur d'Intelligence Artificielle

utopia.jpgIl faut le reconnaître, l'IA est encore très loin de la créativité nécessaire à tout bon développeur : on en est loin d'une IA capable de créer Facebook, d'intégrer une charte graphique ou de gérer les erreurs d'un formulaire.

Et l'Intelligence Artificielle, dans sa version "deep learning", ne pourra fonctionner sans "entraînement", c'est-à-dire le fait de la confronter à une infinité de situations pour qu'elle apprennent par elle-même. C'est justement là où l'être humain, le codeur, devra transformer son métier : 

Le codeur d'aujourd'hui sera demain le coach de l'intelligence artificielle.

 

 New Call-to-action

 

Publié par Adimeo
CEO Adimeo
Retrouvez moi sur :

Sur les mêmes sujets