pexels-photo-90548.jpegLa gestion d'un projet digital, qu'il s'agisse d'une refonte ou d'un projet nouveau a toujours fait couler beaucoup d'encre et chaque projet fait face à des contraintes, difficultés, enjeux qui lui sont propres. Nous avons pourtant ici rassemblé les 10 constantes, qui, si elles sont bien mises en oeuvre, assurent une certaine sérenité au chef de projet / porteur de projet. Et, rassurez-vous, cette liste n'est évidemment pas exhaustive !

#1. Un cahier des charges Web, c'est vital

On peut lui donner plusieurs noms : cahier des charges, document d'expression des besoins, Request for proposal, première liste d'user-stories, ... Quelle que soit la méthode, si vous ne commencez pas votre projet sans mettre noir sur blanc vos attentes fonctionnelles, techniques, ergonomiques, vos contraintes de temps, de buget, votre environnement technique et organisationnel (...), le projet ne commence pas au mieux. Sans cahier des charges, impossible de trouver un prestataire correct, d'avoir une idée de budget et de délais.

Vous trouverez dans cet article et cette publication, quelques ressources sur comment faire votre cahier des charges.

#2. Une méthode de réalisation claire et partagée par tous les acteurs

fashion-person-woman-hand.jpgNotre méthode, nous, c'est le "cycle en V agilisé". En gros, on fait un projet au forfait, mais avec un peu d'agilité... Hum... Rien de mieux pour faire capoter un projet que de n'être pas clair sur la méthode et sur les engagements que cela requiert. Si vous faites un projet au forfait, faites-le complètement, avec des spécifications exhaustives, des étapes de recette longues et détaillées et une documentation conséquente. Si vous faites de l'a-peu-près, c'est votre projet qui sera de l'a-peu-près. Si vous mettez en place une démarche agile, en scrum par exemple, utilisez TOUS les outils : Kanban, vélocité, daily standup, ... et assurez-vous de la disponibilité permanente du PO (product owner) et du Scrum master.

Découvrez ici comment contractualiser un projet agile au forfait !

#3. Pensez "Utilisateur"

sketching - wireframing.jpegUn projet Web, c'est mené par les acteurs de l'intérieur. Ceux qui pensent le mieux connaître les utilisateurs, mais parfois (souvent), se trompent. Et plaquent sur leur projet digital des idées pré-conçues sur ce dont ont besoin leurs utilisateurs. La conséquence, c'est l'usine à gaz, le projet pas ergonomique ou qui tombe à côté des attentes et besoins des utilisateurs. L'enjeu, dans votre projet Web, c'est d'inverser la tendance : vous devez penser comme vos utilisateur, répondre à leurs besoins et à leurs attentes, avant de faire plaisir à votre PDG... Ici, on parle d'expérience utilisateur (UX), d'ergonomie Web, de psychologie (...). Plein de techniques existent. On vous invite à faire un petit tour sur cette publication : 20 principes clés d'une ergonomie web réussie ou celui-là : Les bonnes méthodes de l'UX design en 2017

#4. Le design n'est que l'aboutissement de la réflexion UX, et pas le début

Parfois, parce qu'une maquette graphique parle plus, parce que le DG veut vite voir ce que cela veut donner, on lance les créatifs sur la réalisation de maquettes avant d'avoir fini le travail de conception. Et là... patatra... on mélange des discussions design avec des enjeux fonctionnels, on travaille sur les choix des couleurs, alors que la définition fonctionnelle est plus importante. Ici encore, ne perdez pas le sens des priorités. Le graphisme (au risque de faire hurler nos amis créa), c'est la cerise sur le gateau, ou plutôt l'aboutissement de toute la démarche UX.

#5. Le planning doit être tenu à jour, tout le temps...

Quand on démarre un projet, on fait toujours un planning, un macro-planning, puis un planning détaillé. Et, parfois, les semaines passent, les difficultés s'accumulent, les retards et les dépendances changent, les priorités également. La perception des différents acteurs commence alors à différer. Et c'est justement là qu'il redevient vital de tenir à jour un planning réel, intégrant les derniers évènements et les prochaines échéances. Pour éviter les non-dits, les quiproquos et les "ah... je croyais que c'était déjà fait !"....

#6. Les responsabilités et dépendances sont identifiées noir sur blanc

pexels-photo-59628.jpeg Le mantra de la gestion de projet, c'est la COORDINATION. Coordination entre le client qui doit fournir des données métier, un Directeur Artistique qui doit produire une charte, des développeurs qui doivent intégrer des fonctionnalités, ... Et comme dans tout projet, le démarrage d'une étape du projet est conditionnée par l'achèvement d'une autre, tout délai / retard, incomplétude d'une étape met en péril le planning. Avec parfois des retards en cascade. Identifier précisément qui est responsable de quelle tâche, quel livrable, dans un document partagé par tous, avec un chef de projet qui joue réellement son rôle de "garde chiourme" est un des moyens d'éviter la bataille de partage des torts qui peut arriver lorsque le projet dérape.

#7. La charge de test et recette est correctement dimensionnée

 C'est bien connu, la recette c'est long, fastidieux, et pas amusant. Que l'on soit dans un projet agile ou en cascade, il faut prévoir le temps nécessaire pour vérifier ce qui a été livré. Et dites-vous toujours que vous avez sous-estimé. Pour un projet avec 20 jours de développement, prévoyez 20 jours de recette. Minimum. Après, bien sûr, tout dépend de votre rapidité à tester et de la réactivité des développeurs pour corriger... Et prévoyez toujours une marge de sécurité. Une recette, ça déborde, souvent...

#8. En cas de refonte, la reprise de l'existant (données, contenus) est partie intégrante du projet

 developpement-technique.jpegNe vous dites pas,  les contenus, "on s'en occupera à la fin". D'abord, parce que les contenus, c'est le nerf de la guerre. C'est ce qui fait votre référencement, détermine le ressenti de vos utilisateurs et leur satisfaction. Ensuite, parce que c'est votre contenu qui doit déterminer la forme et le rendu de votre projet. Et non l'effet "whaouah !" que vous souhaitez donner. 

Mais, au-delà même des contenus, dans un projet de refonte, ce qui doit vous préocupper, c'est la reprise de l'existant ! Si vous avez lancé une refonte, c'est bien parce que votre structure de données (entre autre) doit évoluer, que vous changez de socle logiciel, ... Comment garantir la permanence des données, d'une base client, d'un historique de produits (...) malgré une migration ? La reprise de l'existant, c'est un projet dans le projet, et c'est souvent une des causes de débordement, parce qu'il est justement très très difficile de border correctement toutes les tâches de reprise. Prévoyez du temps, de la marge, adoptez une démarche agile dans la reprise d'un existant et soyez réactif !

Quelques conseils à lire ici pour éviter les écueils de la reprise de l'existant

 

#9. Le référencement et l'éditorial sont planifiés dès le début du projet

 On l'a vu, dans un projet Web, la phase de réalisation technique n'est que la partie émergée de l'iceberg.  La définition de votre stratégie éditoriale est la première pierre d'un projet Web. De quoi allez-vous parler, pour qui, dans quel objectif et avec quels moyens ? Ne négligez pas cette étape, c'est ce qui conditionne la satisfaction de vos utilisateurs. Et détermine également la réussite de votre stratégie de référencement. Aussi, éditorial et référencement sont deux sous-projets à intégrer bien en amont et dont il ne faut pas se préocuper à la fin, au risque de grosses déconvenues dans la qualité finale du projet ! Et de nombreux ajustements  non prévus à réaliser.

Téléchargez la publication : "les 10 commandements d'une stratégie éditoriale"

#10. La première mise en ligne n'est qu'une étape du projet

Image3.pngEnfin, adoptez la démarche "bêta" : partez du principe que la mise en ligne de votre projet n'est qu'une première étape dans la vie de votre projet et que tous vos efforts (et votre budget) ne doivent pas être exclusivement tendus vers cette date fatidique. Il faut anticiper l'après, la V2, les optimisations après les retours des premiers utilisateurs, l'optimisation des performances, l'implémentation d'outils d'A/B testing, l'analyse des statistiques, le suivi en maintenance corrective, ...


Toutes ces règles vous semblent évidentes ? Tant mieux. Sachez les appliquer avec la plus grande rigueur, c'est la source de la réussite de votre projet. Cela vous laissera du temps pour traiter toutes les autres péripéties d'un projet Web pour lesquelles seule l'expérience et la pratique vous permettront de les dépasser.

Publié par Adimeo
CEO Adimeo
Retrouvez moi sur :

Sur les mêmes sujets