Drupal vient de fêter ses 17 ans. Difficile de croire que cette solution « née par accident » comme le déclarait son créateur Dries Buytaert, ait pu engendrer un tel engouement ! Nul n’aurait pu imaginer que ce qui ne devait être à la base qu’une interface de messages - serait aujourd’hui l’un des 3 principaux CMS open Source du marché et qu’il équiperait plus de 190.000 sites début 2018.

Bon anniversaire Drupal !

Nul n’aurait pu imaginer que ce qui ne devait être à la base qu’une interface de messages - serait aujourd’hui l’un des 3 principaux CMS open Source du marché et qu’il équiperait plus de 190.000 sites début 2018.

Drupal c’est aussi l’engouement d’une communauté : plus de 40 Drupal Camps dans au moins 16 pays différents dans le monde dont Nashville en Avril 2018, plus de 100.000 contributeurs « actifs », 13 millions de visiteurs sur Drupal.org en 2017… Des chiffres qui font forcément un peu tourner la tête de nombreux concurrents qui n’ont pas eu - ou n’ont plus - le même enthousiasme.Nouveau call-to-action

« L’histoire de drupal est une succession de surprises intéressantes » a un jour expliqué son fondateur Dries Buytaert, l’occasion pour nous de nous pencher sur l’histoire méconnue de cette solution.

 pexels-photo-428124.jpeg

De Dorp à Drupal

Nous sommes en 2000, deux étudiants de l’université d’Anvers Dries Buytaert et Hans Snijder, avaient besoin d'une connexion Internet pour communiquer entre leurs 2 dortoirs. Mais les connexions Internet permanentes étaient rares pour les étudiants anversois. Ainsi, Dries et Hans ont installé un pont sans fil entre leurs dortoirs, partageant la connexion par modem ADSL de Hans entre huit étudiants. La connexion a fonctionné mais il manquait l’essentiel : un endroit pour se parler.marketing-man-person-communication.jpg

Dries eut alors l’idée de créer une interface web interne entre lui et ses amis pour partager des notes sur l’état de leur réseau, discuter des endroits où ils allaient dîner ou encore échanger des informations diverses …

Lorsque Dries fut diplômé et quitta le dortoir, il eut l’idée de rendre le site accessible sur Internet. A la recherche d’un nom de domaine, il pense rapidement à Dorp, « village » en néerlandais. Mais une malencontreuse faute de frappe sur la réservation du domaine au moment de la vérification de sa disponibilité en changea le destin. « Dorp » était devenu « Drop » (Goutte en anglais).

 

image 1

 

Rapidement, Drop.org grossit et dépassa le simple cercle amical. On trouve sur cette plateforme de nombreuses discussions sur les nouvelles technologies Web telles que la modération, la syndication, l’authentification qui deviendront par la suite des fonctionnalités de la solution.

Petit à petit, Drop devient le projet de plusieurs personnes. Une petite communauté se forme autour de la plateforme, ce qui poussera sans doute son créateur à rendre sa solution Open Source.

 

De Drupal 1.0 à Drupal 5.0

C’est le 15/01/2001 que la 1ere version de la solution est publiée. Druppel, une goutte en néerlandais, est rebaptisé Drupal, un nom plus anglais. On trouve déjà dans cette version quelques types de contenus, une gestion des comptes et des commentaires, un moteur de recherche basique, un calendrier, des exports (RDF / RSS) et quelques fonctionnalités spécifiques à l’administration (Blocks, ban, cron…)giphy.gif

Pour la petite anecdote, la gestion des utilisateurs authentifiés existait déjà à l’époque et les utilisateurs non identifiés étaient nommés : « Anonymous Chicken ».

 

image 2

 

Dès la 1.0, Dries évoque déjà le souhaite de disposer d’un système aussi modulaire que possible pour que chacun puisse personnaliser son site en fonction de ses besoins et de ses envies.

L’engagement d’une communauté autour de la solution s’est fait assez rapidement. Il faut dire que tout avait été fait pour en faciliter l’adhésion : chaque utilisateur pouvant devenir contributeur, ce qui a, rétrospectivement parlant, contribué à son succès.

Deux mois après la 1ere release, le 15.03.2001, la version 2.0 arrive et dispose nativement de 22 modules (contre 18 dans la version 1). Mais la principale nouveauté c’est la prise en compte du multilinguisme dans Drupal permettant de proposer des contenus qui ne soient plus exclusivement en anglais. Cette fonction – encore très embryonnaire – évoluera au fil des versions, notamment à partir de la version 4.5 lorsque la communauté internationale commencera à devenir importante.

 

image 3

 

C’est dès la version 3.0 (15/09/2001) que Drupal initie le célèbre concept de nœud (node). Drupal nomme « Nœud » tout contenu qu’il gère : un contenu, une page….giphy (1).gif

Cette approche était très innovante voire assez déconcertante, permettant notamment aux concepteurs de sortir d’une architecture non hiérarchique (page=> contenus) mais logique (un contenu peut être rattaché à plusieurs pages).

Cette approche « à plat » des contenus n’aura finalement pas été le frein à son expansion comme certains pouvaient le craindre. Bien au contraire, elle est l’une des marques de fabrique de la solution et inspirera à son tour d’autres solutions.

 

image 4

 

Lorsque Drupal 4.0 sort le 15/06/2002, Drupal est déjà installé sur presque 100 sites. Porté par des développeurs présents aux Etats-Unis et dans toutes l’Europe, Drupal revêt une portée plus internationale. Parmi les nouveautés de cette 4e itération, On y trouve le désormais célèbre module « Taxonomie » qui permet de hiérarchiser et d’organiser le contenu. Drupal 3 disposait déjà d’un module pour classifier le contenu dans une relation parent-enfant mais qui n’était pas exploitable jusqu’à présent.

 
image 5

 

D’après une présentation de Tamer Zoubi, président de l’association Drupal en Croatie, que nous vous invitons à aller consulter sur https://www.slideshare.net/WEBSOLUTIONSHR/history-of-drupal-from-drop-10-to-drupal-8-59198423 , Drupal 4 avait aussi quelques concepts innovants pour l’époque mais qui finalement ne virent jamais le jour notamment une solution d’authentification à partir du login Drupal, Jabber ou Yahoo… bien des années avant que Facebook et Twitter le proposent !

S’ensuit ensuite une série de versions mineures : la 4.1 (01.02.2003), la 4.2 (01.08.2003), la 4.3 (01.11.2003), la 4.4 (01.04.2004), la 4.5 (18.10.2004). Chaque version mineure apportera son lot de nouvelles fonctionnalités comme un éditeur WYSIWYG (4.2), Node API (4.2), la prise en compte des serveurs Microsoft SQL (4.2), File API (4.4), le cumul des rôles (4.5), le paramétrage par profil (4.5), l’amélioration de la traduction (4.5) … et même d’un 1er module e-commerce en 2004 (4.4).

En 2003, Howard Dean se présente à l’élection américaine pour devenir président des Etats-Unis. Il propose la création du « DeanSpace », une sorte de distribution Drupal à disposition des utilisateurs qui souhaitent créer un mini-écosystème « promotionnel » autour du candidat. 

image 6


Howard Dean ne gagnera pas l’élection mais restera un des pionniers dans l’utilisation d’internet lors d’une élection présidentielle et participera, sans doute de manière no
n intentionnelle, à l’essor de la plateforme qui connu pendant cette campagne une suractivité de 300% sur drupal.org

Nouveau call-to-action

L’année 2005 sera une année de reconnaissance, marquée par 2 évènements : la 1ere conférence autour de la solution Drupal et la sortie de la 4.6.

Cette version apportera bien entendu son lot de nouveautés intéressantes : le support PHP5, la gestion multisite permettant de créer plusieurs sites Drupal à partir d’un seul socle technique, l’amélioration de la gestion des images (avec la

 possibilité de recadrer, redimensionner) et la mise en place d’un formulaire de contact spécifique pour les utilisateurs enregistrés.

1 an plus tard, sort Drupal 4.7 (01/05/2006). Les succès passés de la solution lui ont permis de belles références dont les sites de la NASA, de la Playstation Portable de Sony ou encore de la candidate Hillary Clinton (pour les élections de 2008). Drupal équipe désormais plus de 55.000 sites et dispose de plus de 300 modules et 338 contributeurs. C’est durant cette même année que Drupal se dotera du célèbre module « Views » permettant de créer, gérer et afficher des listes de contenu sous forme de blocs ou de pages. Views reste aujourd’hui un module tellement indispensable qu’il est intégré par défaut dans Drupal 8.

Durant cette même année, Drupal gagne enfin un prix. La société britannique Packt lui décerne le 2e prix de la meilleurs solutions CMS Open Source, entre Joomla! (1er) et Plone (3e).

plant-prize-shelves-74942-1.jpeg

De Drupal 5.0 à Drupal 7.0

 

Le 15/01/2007, le jour de son 6e anniversaire, Drupal 5.0 est disponible. On compte désormais plus de 2500 modules contribués et presque 500 contributeurs.

Cette version est connue pour être la première à proposer une installation par interface web (adieux la nécessité de passer par un dump SQL !). On y trouve aussi différents modules de gestion du cache pour amélioration les performances de la solution et surtout la possibilité de pouvoir créer des types de contenus customisés et qui constituent aujourd’hui encore l’un des points forts de la solution.

La version 5.0 est aussi la première version qui a introduit le concept de « distribution ». Il s’agit de créer des profils permettant d’installer et d’activer plusieurs modules dès l’installation.

image 7

 

Cette approche donnera lieu par la suite à de nombreuses distributions dont l’une des premières fut signée par « Acquia Drupal ». On trouve surtout des profils d’installation basés sur la langue (Russian Installer, French Installation Profile, German Installation Profile …) ainsi que quelques « forks » (comme GLOrilla Installation Profil), …

Il faudra attendre Drupal 6 puis Drupal 7 pour commencer à voir des distributions innovantes, créées pour couvrir des besoins métiers dont certains nécessitaient jusqu’alors la mise en place d’une solution payante et propriétaire. Citons par exemple Drupal Commons (site communautaire), ELMS et Opigno (pour faire du E-learning), Open Publish ou Lightning (distributions à destination des groupes de presse), Open Altrium (plateforme collaborative pouvant être utilisée comme Intranet), Commons 2 (Réseau social d’Entreprise - RSE), RedHen (CRM) et Commerce Kickstart (e-commerce) ….

2007 est aussi une année de consécration pour Drupal qui gagne plusieurs récompenses. La solution est élue comm

e étant « l’une des 100 Webware » de l’année par CNET et remporte plusieurs awards décernée par la société britannique Packt : meilleure solution CMS (1er), meilleure solution CMS open source (2e), Meilleur système de gestion de contenu de réseau social Open Source (2e ex-aequo) …

C’est le début d’une longue série de prix qui perdura jusqu’en 2014 (cf. https://www.drupal.org/about/awards)

Drupal 6 verra le jour le 13/02/2008. La solution bénéfice d’une communauté très influente : plus de 120.000 sites utilisent drupal 6, On compte plus de 7000 Modules et 600 thèmes.

Cette version s’illustre par une volonté de le rendre plus accessible aux néophytes : Installation facilitée, de nombreuses actions Back-Office se font par Drag and Drop. La sécurité de la solution est renforcée : il est désormais possible d’être notifié lorsqu’un module n’est plus à jour ou de s’abonner à des listes de sécurité.

Aux Etats-Unis, Drupal est choisi pour faire tourner le site de la Maison Blanche sous l’ère de Barack Obama. Au-delà de la fierté de son créateur, c’est aussi une énorme victoire pour l’Open Source et un signal fort pour les gouvernements que l’open source ne comporte

 pas de risques supplémentaires par rapport au logiciel propriétaire que la maison Blanche utilisait jusqu’à présent. Framasoft avait traduit à l’époque cet article issu du blog personnel de Dries : https://framablog.org/2009/10/26/drupal-a-la-maison-blanche/.

En France, SPIP – un CMS open source francophone - et SPIP Agora – un fork de SPIP – sont déjà très implantés au sein de l’administration française. Ils seront remplacés petit à petit par Drupal dont le CERT-FR préconise l’installation et l’utilisation. Aujourd’hui encore, son succès ne s’est pas tari, Drupal équipe la majeure partie des sites institutionnels français la CAF, les ministères, le site France.fr, Ameli, le site de l’Elysée, du premier ministre, la cour des comptes, sites de partis politiques …

Drupal 7 arrivera un peu plus tard que prévu. Il faudra en effet 3 ans pour que cette nouvelle version soit disponible. C’est le 05/01/2011, que la solution se décide à sortir et c’est, disons-le, une grande claque notamment en terme d’usabilité : le Back-office est présenté comme une surcouche du Front-office, mettant fin à la logique instaurée par les CMS depuis de nombreuses années à devoir naviguer entre 2 interfaces. La majeure partie des actions s’effectuent par « Drag and Drop », la gestion des images est enfin simplifiée…

 

image 8.png

 

Avec plus de 11.000 modules contribués, Drupal est capable de servir des sites « simples » (blog) comme « complexes » (sites d’entreprises), à destination de public très hétérogènes (interne, externe…). On compte désormais plus de 600 thèmes et plus de 200 distributions de qualité variable mais qui peuvent couvrir des besoins très disparates comme un réseau social d’entreprise, un site e-commerce, un site de e-learning….

pexels-photo-794212.jpeg

Aujourd’hui même si cette version 7 est naturellement en perte de vitesse, elle suscite toujours autant l’adhésion de la communauté qui continue de proposer des innovations dessus - notamment l’intégration de PHP 7, qui devrait largement améliorer les performances -

 

Drupal 8.0 et prochaine(s) version(s)

C’est le 19 novembre 2015 que la nouvelle et dernière version en date de Drupal est disponible. Beaucoup de choses ont été écrites, y compris sur ce blog, sur cette 8e version qui a (trop ?) tardé à voir le jour.

Il faut dire que le projet était ambitieux et à monopoliser beaucoup de ressource tant au niveau humain que financier. Cette nouvelle version s’illustre surtout par le gap technique atteint par la solution.

Le vieux moteur cabossé de Drupal a été mis à la poubelle. Tous le code a été réécrit et la solution s’appuie désormais sur le célèbre framework Symfony2 et Twig comme moteur de templating.

Côté fonctionnel, on notera surtout la réintégration de certains modules dans le core : Views, L’éditeur WYSIWYG, le multilinguisme, plus récemment les workflows, la gestion des médias et prochainement la gestion du page builder et des workspaces, comme nous l’évoquions dans cet article : http://blog.adimeo.com/drupalcon-vienne-2017-perspectives-evolution-2

En 17 ans, la philosophie de Drupal a évolué. La solution souhaite désormais « voir grand » et s’attaquer à de « gros marchés » comme nous l’expliquons dans cet article : http://blog.adimeo.com/drupalcon-vienne-2017-perspectives-evolution-1

Dernier point : la version 8 met fin à la difficulté de passer d’une version majeure à une autre. Drupal 9 sera selon, toute vraisemblance compatible avec Drupal 8. Un argument qui pourra sans doute motiver les uns et les autres à abandonner leurs CMS actuels ou à évoluer vers Drupal 8 … du moins c’est tout le mal qu’on vous souhaite. N’hésitez pas à nous parler de vos projets https://adimeo.com/comment-pouvons-nous-vous-aider !

 

Une vision avant-gardiste source de son succès

En 17 ans, beaucoup de solutions CMS ont disparus alors que Drupal est toujours bien présent et implanté dans le monde – il équiperait entre 4 % et 5 % des sites web mondiaux (source : https://websitesetup.org/popular-cms/ ) et reste l’une des 3 solutions CMS les plus populaires au même titre que WordPress et Joomla ! - .

 

image 9.png

 Source : https://websitesetup.org/popular-cms/

 

Ce succès peut s’expliquer de 3 manières :

Sa philosophie

Drupal est diffusé en licence GPL. Contrairement à d’autres produits qui sont « open source » mais pas libres, Drupal Intègre la licence GNU GPL et de Copyleft c’est-à-dire le partage du code source sans aucune restriction d’usage. En d’autres termes, il est possible de modifier le code source et de le partager librement sans accord préalable ou restriction d’un éditeur et sans devoir payer quoi que ce soit, ce qui a permis à la solution de grandir sans doute plus rapidement.

Sa modularité

Dès la création de Drupal 1.0, Dries a émis le souhait de rendre la solution la plus modulaire possible pour que chaque utilisateur puisse personnaliser au mieux sa plateforme selon ses besoins et ses envies.

Au début, les modules étaient très « sommaire » et se résumaient à un simple fichier PHP qui comprenait une succession de routines. Il faudra attendre quelques années pour que ces modules soient des extensions proches de celles que nous connaissons aujourd’hui. Et même si la prolification des modules a joué de mauvais tours à la solution – beaucoup ont reprochés à Drupal de proposer parfois trop de modules différents pour couvrir une même fonctionnalité - ils jouent un rôle important en termes d’évolutivité et de pérennité de la solution.

Son approche « contenus »

Drupal a fait partie des solutions CMS qui ont révolutionné la contribution en proposant une approche logique des contenus. La mise en place de contenus structurés a permis de donner du sens aux contenus, d’optimiser la pertinence de la recherche interne ou encore le référencement du site.

 

pexels-photo-270360.jpeg

Le mot de la fin … avant l’année prochaine

C’est ici que se referme l’histoire des 17 premières années de Drupal, le moment idéal d’adresser à notre tour un joyeux anniversaire à cette solution.

L’histoire de Drupal est pleine de surprises, de bonnes intentions et de rencontres parfois étonnantes qui ont permis à la solution d’exister et de perdurer après autant d'années

On lui souhaite le meilleur pour les années à suivre…. Et encore un bon anniversaire.

Les images sont issues pour la plupart de la présentation de Tamer Zoubi : History of Drupal from Drop 10 to Drupal 8, téléchargeable à cette adresse :

https://www.slideshare.net/WEBSOLUTIONSHR/history-of-drupal-from-drop-10-to-drupal-8-59198423

Nouveau call-to-action

Publié par Adimeo
CEO Adimeo
Retrouvez moi sur :

Un conseil, un projet, un devis ?
Nous repondons a toutes vos questions !

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations

Nous contacter

Sur les mêmes sujets