Selon les derniers décomptes de Google, près de 60% du trafic sur son moteur provient de terminaux mobiles. L’offre de recherche pour les mobinautes devient donc un enjeu crucial pour le moteur de recherche qui cherche avant tout à conserver son avance dans ce domaine et dans le même temps protéger sa source de revenu principale : les liens sponsorisés.

Google l’avait annoncé il y a quelques semaines, son algorithme de calcul de la pertinence des résultats de recherche tiendra désormais compte de la qualité de navigation sur terminaux mobiles. C’est chose faite depuis le 21 avril dernier. Les spécialistes du secteur aux Etats-Unis parlent déjà de « mobilegeddon » pour évoquer l’impact de ce nouvel algorithme sur l’écosystème digital.

Peut-on alors vraiment parler d’un cataclysme ou s’agit-il simplement d’un alignement du moteur de recherche sur les usages de ses visiteurs ? Devez-vous contacter votre agence web afin de mettre en place une refonte rapidement ?
Voici quelques éléments de réponse.

Le mobilegeddon est limité à la recherche mobile

Les changements de ranking ne semblent pour l’instant avoir lieu que sur le moteur mobile. Ainsi, les pages non mobile-friendly sont moins favorisées que celles proposant un design adaptif (responsive webdesign ou site mobile dédié) mais ceci seulement sur le moteur mobile ; leur ranking sur le moteur desktop ne semble pas impacté.

Cette tendance qui vise à différencier le référencement desktop et le référencement mobile n’est toutefois pas nouveau. En effet, Google a toujours attribué une note de positionnement différente selon la situation de navigation (mobile ou non).

40% des sites référencés pourraient être sanctionnés

Selon certains observateurs, près de 40% des sites référencés par le moteur de recherche ne sont pas en conformité avec les critères mobiles exigés par Google dans sa dernière mise à jour. Pour la France seulement, la proportion pourrait grimper jusqu’à plus de 60%. Les éléments d’amélioration pour les éditeurs sont donc nombreux et la démarche d’optimisation pour le mobile paraît s’enclencher. En effet, Google indique avoir observé une augmentation de 4,7 % du nombre de pages mobile-friendly depuis le 21/04.

Aucun site majeur ne déplore de modification significative dans son trafic

Cependant, l’impact des mesures prises par Google n’est, pour l’instant, que très limité. En effet, aucun site à fort trafic ne semble réellement touché par la mise à jour du 21/04. On se demande alors si l’impact de ces changements est un processus au long court ou si le pire (c’est-à-dire pas grand-chose) est déjà derrière nous. Sur ce point, la question reste entière.

Comment optimiser son site ?

Même si les effets en matière de ranking semblent pour l’instant très légers, il serait imprudent de se sentir totalement à l’abri si des optimisations pour le mobile peuvent être apportées à vos pages. Alors comment prévenir une éventuelle dégradation de votre référencement mobile ?

  • Vérifiez vos pages : Google a mis à disposition un outil permettant de tester vos pages : Mobile-friendly test tool,
  • Analysez votre trafic : visez spécifiquement les périodes pré et post 21/04. Si un impact est observé sur votre trafic, pensez à optimiser vos pages,
  • Responsive webdesign : il s’agit sans doute de la meilleure approche. Moins coûteuse qu’un site mobile dédié, cette technique qui consiste à adapter les feuilles de styles de vos pages à une navigation mobile, vous permettra de remplir les critères imposés par Google.

 

Par Louis Sicard (@lsicard)

 

Publié par Adimeo
CEO Adimeo
Retrouvez moi sur :

Sur les mêmes sujets