Drupal 8… deux ans après

Lors de sa traditionnelle Keynote, Dries Buytaert, le fondateur et lead développeur de Drupal est revenu cette fois-ci sur le bilan de « Drupal 8 » qui fêtera, le 19 novembre 2017, ses 2 ans.

Ce bilan est d’autant plus attendu que Drupal 8 est sans doute le projet le plus ambitieux porté par la communauté. Sa sortie plusieurs fois reportée, a généré une frustration pour certains et même un désintéressement d’une partie de la communauté.

Lors de la DrupalCon de Barcelone en 2015, à quelques jours de la beta finale de Drupal 8.0.x, Dries avait souligné que la solution était en perte de dynamisme et que cette étape était normale puisque sur chaque nouvelle version majeure il y avait un cycle d’appropriation, de défection puis de réappropriation.

Sur cette version 8, la rupture technique par rapport aux versions précédentes est majeure puisque Drupal 8 est basé sur le framework Symfony et qui nécessite aussi la connaissance et la maîtrise de YAML, Doctrine ou Twig …

Ces nouveaux choix techniques ont fragilisé une partie de la communauté, plus particulièrement les développeurs et les mainteneurs pourtant rompus à PHP et qui n’ont pas forcément de compétences techniques sur ce framework. Il faut avouer que la courbe d’apprentissage est plutôt élevée, ce qui a forcément découragé les moins téméraires.

A la sortie de Drupal 8, nous avons vu que certains modules – y compris des modules très appréciés dans la communauté Drupal - n’étaient pas portés ou en cours de portage. Aujourd’hui, certains développeurs semblent avoir jeté l’éponge et attendent qu’un repreneur ou qu’un co-mainteneur viennent les épauler. Cette situation n’est certes pas inédite et le gap technique a, semble-t-il, été un peu plus «dévastateur» que pour les versions précédentes.

Le poids de la communauté sur un produit Open Source est un bon baromètre pour jauger de la santé d’une solution en phase de maturité (ce qui est le cas ici puisque Drupal 8 a presque 2 ans !). Il est donc urgent de rassurer les aficionados les plus inquiets de la petite goutte bleue en dressant, tout d’abord, un état des lieux de la solution.

A bientôt deux ans de sa sortie, Drupal 8 a atteint sa vitesse de croisière. Le socle technique est suffisamment stable et fourni en modules pour envisager un positionnement plus ambitieux. Drupal 8 s’attaque désormais à de nouveaux challenges de développement, malgré quelques vieux démons toujours présents ...

Drupal a bien grandi (et changé aussi)

Il y a quelques mois, un grand sondage a été lancé pour connaître les usages de la solution CMS dans le monde. 239 exécutifs d’agences Drupal (CEO, CTO…) ont participé à ce sondage, ce qui a permis d'apprécier l’adoption de Drupal 8.

Comme pour beaucoup de nos concurrents, nous avons hésité pendant les premiers mois à partir sur la version « 7 » ou la version « 8 » de Drupal car cette dernière disposait d’un écosystème assez limité qui, même s’il grandissait de mois en mois, ne nous permettait pas de répondre correctement à certaines fonctionnalités qu’il fallait mettre en place (lire Drupal 8 : Premier bilan 5 mois après).

 La sortie de Drupal 8.2 en octobre 2016 a été un vrai tournant dans notre adoption – définitive - de la solution, le socle technique étant devenu à ce moment-là assez évolué et stabilisé pour accélérer le portage de certains modules.

C’est donc sans véritable surprise que 38 % des agences choisissent exclusivement Drupal 8 pour la création ou la refonte de sites et que 25% préfèrent partir sur un développement en D8 plutôt qu’en Drupal 7.

drupal-business-survey-2017

 

Nous sommes, en revanche, plutôt surpris par la suite du classement notamment sur les 2 lignes :

  • 18% des agences préconisent plutôt Drupal 7 en 2017
  • 12% des agences partent exclusivement sur Drupal 7, alors que cette solution est plutôt en « fin de vie » (le support s’arrêtera lorsque Drupal 9 sera disponible, ce qui, au regard de la roadmap actuelle – et qui peut évoluer – est attendue fin 2019 / début 2020)

Est-ce dû à l’écosystème de D7 - qui reste bien supérieur à celui de D8 – ou à un problème de « maîtrise » des langages plus techniques ? Nous ne le savons pas mais nous ne pouvons pas nier que Drupal 7 reste, aujourd’hui, une solution très suivie tant au niveau de la maintenance du socle technique, qu’au niveau des modules « contribs » (maintenance corrective comme évolutif).

La transition Drupal 7 vers Drupal 8 ne sera complète que lorsque Drupal 8 aura suffisamment d’atouts pour justifier son utilisation. Pour en arriver là, il est nécessaire de continuer à innover sur le plan technique et à consolider son écosystème « fonctionnel » par la mise en place de nouveaux modules / projets à destination notamment de certaines cibles moins techniques.

Car même si l’écosystème de D8 a « explosé », passant de 600 modules / projets en septembre 2016 à plus de 1400 en septembre 2017 (et qui comprennent notamment la stabilisation de certains modules très attendus), il y a encore énormément d’attente sur ceux qui ne sont toujours pas ou en cours de portage. Aujourd’hui, plus de 4000 modules sont en cours de développement.

drupal-8-module-readiness_0

Le positionnement de Drupal comme solution pour les « gros sites »

Drupal souhaite voir plus grand et s’attaquer à de nouveaux marchés. Il a désormais vocation à être positionné sur des projets digitaux ambitieux et à fort trafic. Récemment, il a motorisé de « gros » sites comme Entertainment Tonight (19 millions de visiteurs / mois), Weather.com (100 millions de visiteurs / mois)… pour ne citer que quelques exemples, qui viennent se rajouter à d’autres références prestigieuses plus anciennes comme le site de la Maison Blanche.

capture-entertainment-tonight

 

Cela ne veut pas dire que Drupal n’est plus utilisable pour les particuliers afin d'alimenter des sites simples comme des blogs, des sites de portfolio ou des petits sites vitrines. Non, c’est juste que Drupal reste une solution plus « lourde » au niveau technique ou en termes d’hébergement lorsqu'en face, des solutions concurrentes sont livrées « clé en main », hébergement Saas compris !

Bien sûr, à y regarder de plus près, et par la nature des prestations que nous proposons, ces solutions restent pour la majeure partie d’entre-elles insuffisantes lorsque l’utilisateur souhaite sortir du cadre imposé en rajoutant de nouvelles fonctionnalités qui pourront pour certaines, faire appel à des librairies externes non autorisées, bloquées sur le serveur d’hébergement. Toutefois, ces solutions « low cost » restent idéales pour des besoins simples comme ceux que nous avons cités ci-dessus.

who-is-drupal-for

 

Ce positionnement plus « professionnel » s’inscrit dans la continuité de la roadmap tracée pour Drupal 8, à commencer par éconduire la communauté moins technique comme ce fut déjà le cas sur Drupal 7. D’ailleurs, il est intéressant de constater que les agences qui font du Drupal 8 maîtrisent aussi des technologies dites « professionnelles » comme Node.js (53.6 %§), Angular (43.5 %), Symfony (42.3%), React (33.9 %)…. Et, dans une moindre mesure Laravel (17.2 %) et Vue.Js (9.6 %).

changing-technology-stack_0

 

Quant aux choix technologiques, ils sont à la fois rassurants et innovants pour « faire du pied » aux équipes décisionnaires, notamment les « DSI » adeptes des frameworks offrant un vrai gage de qualité, de flexibilité, de popularité et de pérennité.

Plutôt Adobe que Wordpress comme concurrent ?

Il est donc clair qu’Acquia souhaite se différencier de la concurrence en positionnant Drupal sur des problématiques qui touchent plus les multinationales que les PME / particuliers. Pour ces derniers, des solutions comme WordPress trustent le haut du tableau et sont souvent largement suffisantes.

Les solutions « haut de gamme » ne sont jamais citées par Acquia, mais la lecture du dernier Magic Quadrant du Gartner sur les solutions de gestion de contenus web, présente Sitecore et Adobe comme les concurrents principaux d’Aquia (éditeur de Drupal, rappelons-le).

Ces deux solutions très complètes répondent à des problématiques omnicanal (sociale, mobiles, mais aussi print) et omni-métiers (très ciblés B2C / B2one). Sur ces deux sujets, Drupal n’est aujourd’hui pas très bien positionné et la solution « Acquia cloud » pourrait prendre la main (et c’est en effet ce qui est prévu comme en témoigne ce billet posté le 11 octobre dernier).

gartner-magic-quadrant-for-web-content-management-2017

 

Aujourd'hui Drupal 8 a été adopté par beaucoup de sociétés, et la keynote de Vienne a également été l’occasion de revenir sur un certain nombre de griefs portés à l’encontre de la solution et de présenter de nouvelles fonctionnalités ... (retrouvez la suite de la publication mardi prochain !)

 

Publié par Adimeo
CEO Adimeo
Retrouvez moi sur :

Un conseil, un projet, un devis ?
Nous repondons a toutes vos questions !

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations

Nous contacter

Sur les mêmes sujets