La compréhension et l’appropriation d’un site par l’utilisateur passe par plusieurs facteurs d’image, de lisibilité et de simplicité de navigation. Cette dernière est une question de structure de site. Elle est souvent présentée sous forme d’arborescence mais cela ne correspond pas forcément  l’organisation des contenus.

Les briefs de projets web intègrent presque toujours une arborescence. Elle se présente sous la forme d’un chapitre du cahier des charges ou d’une annexe. Parfois, elle sert de point de départ pour la définition du besoin ce qui, bien sûr, est exagéré ! Quoique, cela montre à quel point notre compréhension d’un projet web a besoin d’une représentation structurée. Malheureusement, notre perception est dépendante de notre personnalité, de notre expérience, en bref, de nos caractéristiques propres. Certains utilisateurs cernent bien une organisation hiérarchique pendant que d’autres sont plus sensibles à une approche par mots-clés et d’autres encore apprécieront des repères par code couleur.

Pour l’internaute, l’arborescence peut se présenter selon deux modèles : hiérarchique ou à plat.

L’arborescence hiérarchique est classique, chaque contenu est attaché à une branche. Celle à plat est plus riche. Il s’agit de permettre de relier les contenus à différentes branches, par une action directe de l’administrateur du site, ou par des règles (promotion, actualité, etc.).

Le webmaster s’inquiète de la gestion du référencement naturel, de l’intégration du catalogue produit, de la définition des navigations transverses, de l’animation éditoriale et commerciale du site, du ciblage des contenus et de la gestion au quotidien. Pour cela, l’arborescence destinée aux internautes n’est que rarement efficace. S’impose alors une organisation de gestion différente de l’arborescence visible.

Pour le webmaster, la classification du contenu va au-delà de la présentation, pour la performance et le rendement.

Certaines solutions du marché, comme Typo3, ont développé leurs capacités basées sur un modèle hiérarchique. Néanmoins, les solutions les plus avancées proposent des solutions plus élaborées, même si parfois le modèle hiérarchique classique et amélioré est conservé.

L’arsenal des techniques web de gestion de l’information est bien fourni. Catégories (rubriques, catégories de produits, …) hiérarchisées, mots-clés (tags), et surtout taxonomie, toutes ces notions de qualification n’ont qu’un objectif, classer et organiser l’information. Elles se destinent au webmaster qui va qualifier chaque contenu en fonction de sa nature.

Hélas, ces mêmes notions sont difficilement exploitables telles quelles sur le site. C’est pour cela que d’autres outils, de présentation cette fois, sont proposés. Menus, filtres, facettes (ou paramétriques) nuages de tags et autres sliders sont destinés à faciliter la navigation de l’utilisateur en s’appuyant sur les données de qualification. Le principe consiste à proposer aux internautes des outils de navigations multiples et complémentaires.

La taxonomie… quèsaco ?

La taxonomie, ou taxinomie, est une branche de la biologie, qui a pour objet de décrire les organismes vivants et de les regrouper en entités appelées taxons afin de les identifier puis les nommer et enfin les classer et de les reconnaitre via des clés de détermination dichotomiques.

La taxinomie s'étend maintenant à d'autres sciences, entre autres les sciences humaines et sociales, les sciences de l'information ou l'informatique.

Heureusement, cette dernière phrase nous rassure sur l’engouement des éditeurs pour cette notion dans l’organisation et la qualification des contenus. En pratique, la taxonomie a pour objectif la classification ce qui correspond bien à notre travail d’organisation et de structuration des contenus dans le cadre d’un projet web.

Drupal est un outil précurseur de l’utilisation du concept de taxonomie pour la gestion de contenus. Son approche est intéressante à ce titre. En premier lieu, il s’agit de définir des vocabulaires au sein desquels nous pourrons préciser des termes. Les termes peuvent être liés à un ou plusieurs termes parents, mais à un seul vocabulaire. On constitue ainsi une arborescence de termes qui peut se révéler complexes puisque certaines branches peuvent se reproduire à différents niveaux.

taxonomie-drupal.png
Exemple de taxonomie sur Drupal

 

Le véritable avantage est que ce travail en amont permet de répondre aux attentes de tous en BackOffice comme en FrontOffice, quel que soit le mode d’approche.

La difficulté est qu’il nécessite un travail de fond et de suivi pour la gestion intelligente de la taxonomie.

Les principaux CMS du marché proposent des solutions, toutes de grande qualité mais avec des philosophies différentes.

Aujourd’hui, la plupart des outils de gestion de l’information proposent ces outils, tant côté BackOffice (administration du site) que FrontOffice (le site proprement dit). Néanmoins, ils ne sont pas bons en tout et se réservent donc des domaines de prédilection. Ainsi, Wordpress est historiquement spécialiste des tags et des catégories. La notion de taxonomie est dérivée de celle des catégories ce qui n’est pas naturel. En revanche, Drupal a assis sa réputation sur une excellente gestion de la taxonomie. Cette technique peut paraître un peu obscure au premier abord mais se révèle d’une bonne souplesse et d’une grande efficacité.

Néanmoins, l’angle de l’expérience utilisateur (UX) est capital. On commence par l’organisation logique des contenus. Lorsqu’ils sont nombreux, votre démarche pourra s’appuyer sur une méthode de tri de cartes. Il s’agit de représenter les contenus par des cartes constituées de critères représentatifs. Ensuite, on regroupe ces cartes par leur ressemblance. Bien sûr, les critères sont extraits de la qualification et le classement (backoffice) des contenus.

Comme beaucoup d’outils sont à notre disposition, il y a plusieurs manières d’atteindre le résultat. Alors, quel que soit votre choix, réfléchissez à votre système de classement et de qualification avant de vous lancer à entrer le contenu dans le système.

Quelle solution pour quel projet web ?

Publié par Adimeo
CEO Adimeo
Retrouvez moi sur :

Un conseil, un projet, un devis ?
Nous repondons a toutes vos questions !

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations

Nous contacter

Sur les mêmes sujets